Quand le New York Times sombre dans le complotisme

Un article d’opinion du New York Times affirme que le président Trump insère délibérément des fautes de frappe dans ses tweets afin d’envoyer un «code» secret à ses partisans.

Rappelez-moi, qui sont les théoriciens du complot? Voici des années que l’on se fait insulter alors que des journaux soi-disant sérieux sortent de leurs chapeaux des théories farfelues.

«L’un des tweets de Trump semblait contenir une faute de frappe. En fait, c’était probablement du code pour ses partisans les plus extrêmes », a tweeté le NYT, avec un lien vers l’article d’Emily Dreyfuss.

L’article affirme que les erreurs de Trump dans ses tweets sont des sifflets de chien «stratégiques» à son «réseau d’agents et d’activistes de droite».

Plus précisément, cela suggère que Trump mal orthographie délibérément des mots et des hashtags afin de contourner la censure de plus en plus draconienne de Twitter, y compris dans des histoires liées à la «famille du criminel Biden».

Donc, même si c’est le cas, ce n’est pas vraiment un «code» secret.

Les commentaires ont souligné l’ironie d’une publication comme le NY Times s’engageant dans de telles théories du complot sans fondement tout en accusant les partisans de Trump de faire de même.

« Bonté divine. Le matériel est MAnon (Media Anon). Pour autant que vous vous moquez des soi-disant théories du complot », a fait remarquer l’un des lecteurs.

«Je veux dire comment diable cela peut-il être un article… je pensais que ce serait quelque chose que @TheBabylonBee publierait», a ajouté un autre.

“Avant c’était un journal sérieux ” fait remarquer un autre lecteur.

Non les journaux mainstreams ne sont pas plus sérieux ou crédibles que nous, ils ne sont que des organes de propagande idéologique dans les mains de nos élites manipulatrices et néfastes.